Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Accessibilité - Page 3

  • Assemblée Générale du 16/09/2020

    logo_2846.jpg

    Comme suite à notre assemblée générale du 16 septembre, le journaliste qui a assisté à la réunion a fait paraître dans l'édition du 23 septembre le bilan suivant de nos actions principales. Cliquez sur l'image de l'article pour accéder à un texte lisible, et n'hésitez pas à l'agrandir par la loupe encadrant le symbole + !

    20200923SemaineDansLeBoulonnais.gif

    En outre, il nous cite également à deux reprises dans le même journal ; d'une part dans l'article relatif aux travaux du thêatre municipal et ses architectes, d'autre part en brève.

    Nous espérons que ces articles sont de bon augure dans les discussions à venir avec les décideurs concernant la promotion des commerçants et gestionnaires d'ERP qui ont fait l'effort d'améliorer l'accessibilité de leur établissement !

     

     

     

     

     

     

  • Plateforme Gardons le lien

    LaVoixDuNord.jpg

    Confinement et Covid-19: les personnes handicapées vouées à l’isolement

     

    Quels impacts ont l’épidémie et le confinement sur les personnes en situation de handicap ?

    Olga Meurisse, directrice territoriale Nord-Pas-de-Calais  : « Leur quotidien est très compliqué avec le risque d’aggravation de l’isolement social… Depuis la mise en place de la plateforme «Gardons le lien», nous recevons beaucoup d’appels pour des besoins très variés : achats de première nécessité, gestes de la vie courante. Le nombre d’aide humaine a fortement diminué quand il n’est totalement pas supprimé. »

    Parviennent-elles à se protéger ?

    O. M.  : « Le problème majeur pour les personnes en situation de handicap réside dans le fait qu’il est impossible de respecter les gestes barrières, de tousser dans son coude, de se laver les mains, de maintenir un mètre de distance, d’autant que les protections (masques, blouses…) ne sont disponibles que pour les soignants. Imaginez une personne qui doit faire appel à une tierce personne pour tous les gestes de la vie quotidienne. Heureusement, peu à peu les choses évoluent, par exemple les particuliers employeurs peuvent désormais récupérer des masques en pharmacie en présentant leur reçu fiscal. Toutefois, le problème demeure pour les aidants familiaux qui sont les oubliés du système avec le stress permanent de contaminer leur proche aidé. »

    Quid du suivi médical ?

    O.M.  : « La plupart subissent une suspension des séances de kiné et cela les perturbe beaucoup car elles craignent de perdre leur agilité musculaire, leur autonomie… Tous les rendez-vous médicaux sont reportés sans maîtrise du délai… Nous percevons fortement, grâce à notre ligne d’écoute, beaucoup d’anxiété face à cette période si particulière »

    Que proposez-vous à travers votre plateforme d’écoute ?

    O.M.  : « Cette plateforme offre la possibilité de garder le lien avec notre réseau. Elle permet aux adhérents, aux usagers des établissements qui ont choisi d’être confinés chez eux mais aussi à toute personne en situation de handicap, aux aidants, aux familles… d’être écoutés, de trouver des solutions, de parler à quelqu’un pour briser la solitude, de se distraire, de faire une activité ou de dédramatiser la situation de confinement. En outre, nous montons une convention pour que la plateforme soit accessible aux personnes sourdes ou malentendantes… Lorsque nos écoutants décèlent la nécessité de relayer la demande pour une réponse plus spécifique, ils s’appuient sur nos référents territoriaux. Un réseau interne APF France handicap d’assistant.e.s sociales.aux, psychologues, ergothérapeutes est aussi mobilisé ».

     

    Plateforme « Gardons le lien », 03 62 02 90 10.

  • À Boulogne, l’accessibilité des commerces pour les personnes handicapées est encore à améliorer

    LaVoixDuNord.jpg

     

    Article publié sur le site Internet de la Voix du Nord le 16/03/2020

     

    Il y a des choses auxquelles on ne prête attention que lorsqu’on y est confronté. C’est notamment le cas de l’accessibilité des commerces aux personnes en situation de handicap. À Boulogne, une visite de l’hyper-centre avec Suzanne Sergeant, qui se déplace en fauteuil depuis trois ans, nous a permis de dresser un constat : il reste encore du chemin à parcourir.
    Adeline Mullet | 16/03/2020

    Photo de Suzanne Sergeant sur son fauteuil

    À l’entrée d’une boutique boulonnaise sur deux, Suzanne Sergeant, 83 ans, fait face à la même galère : elle ne peut pas y accéder ou du moins pas sans attendre un peu. En fauteuil roulant depuis trois ans maintenant après un AVC qui l’a rendue hémiplégique, la coquette octogénaire née à Boulogne ne laisse pas de place au hasard. « Quand je dois faire quelque chose, je prévois tout », assure celle qui ne « se prive de rien » et qui est « attachée au centre-ville, au marché et aux petits commerces ».

    Photo d'une entrée de commerce avec des marches

    Il suffit de baisser la tête pour se rendre compte que les marches sont omniprésentes à l’entrée des commerces.

     

    Photo de la rampe d'accès devant Brindille

    A contrario, certains commerçants ont installé des rampes et des sonnettes pour permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder aux boutiques..

    Et après cinq minutes à se balader dans Boulogne avec elle, on comprend pourquoi. Rue Thiers, Grande-Rue, rue Faidherbe... les marches sont omniprésentes. « Même si les commerçants ont des rampes, s’il pleut je dois attendre dehors qu’ils l’installent... », raconte Suzanne. À certains endroits du centre-ville, les vendeurs viennent même la servir sur le pas de la porte. « Pas idéal, mais c’est mieux que rien », soupire la Boulonnaise. Dans les restaurants aussi, l’entreprise peut parfois être compliquée, « ce n’est pas rare que les toilettes se trouvent à l’étage ou à la cave ». Place Gustave-Charpentier, elle s’arrête : « Attendez, je pense que je ne peux pas passer avec les boules de béton ». Anodin pour nous, pas pour elle et tant d’autres.

    Les voitures sur les trottoirs, un fléau

    Suzanne Sergeant constate tout de même un mieux dans le centre-ville. « Depuis que les trottoirs ont été refaits rue de la Lampe, c’est bien plus accessible ». Selon elle, seuls ceux de la place Navarin, « bien trop hauts et cabossés », sont vraiment problématiques. Et puis, il y a aussi les voitures qui y sont stationnées, comme rue du Pot-d’Étain ou rue Butor devant le CCAS. « Pour voter pour le président du CCAS, j’ai dû y retourner quatre fois dans la journée à cause des voitures garées. »

    Que dit la loi sur l’accessibilité?

    La loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » de 2005 donne dix ans aux établissements qui reçoivent du public (ERP) pour être accessibles à tous les types de handicaps. De leur côté, les bâtiments neufs doivent inclure ces normes dès leur construction. Face à la lenteur des mises en accessibilité, l’État a allongé le délai de trois ans. Dans les faits donc, depuis 2018, tous les EPR sont accessibles.
    Des dérogations sont prévues dans trois cas : une impossibilité technique liée à l’architecture ou à l’environnement, des contraintes de conservation du patrimoine (bâtiments classés), une « disproportion manifeste » entre les améliorations apportées par la mise en accessibilité et leurs conséquences sur l’activité de l’établissement.

    Un test d’accessibilité des commerces boulonnais réalisé par trois associations

    L’APF France handicap, l’Union des malades et handicapés du Boulonnais (UDMHB) et Globe handicaps ont réalisé, en septembre et octobre 2019, un test d’accessibilité dans 77 commerces du centre-ville de Boulogne. Selon leur étude, 43 commerces sont accessibles aux fauteuils roulants (moyennant une aide), tandis que 20 sont complètement inaccessibles. Il ressort aussi qu’aucun bar-restaurant visité ne dispose de toilettes accessibles.
    Les trois associations se sont également associées pour interpeller les candidats aux élections municipales dans le Boulonnais. Dans un courrier, les trois associations déroulent les douze propositions sur lesquelles elles souhaitent que les futurs maires s’engagent. Parmi elles : permettre à chacun d’assister aux réunions de conseil municipal ou encore organiser dans les écoles accueillant des enfants en situation de handicap des temps de rencontres et de sensibilisation.