Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bâtiments publics - Page 2

  • Assemblée Générale du 16/09/2020

    logo_2846.jpg

    Comme suite à notre assemblée générale du 16 septembre, le journaliste qui a assisté à la réunion a fait paraître dans l'édition du 23 septembre le bilan suivant de nos actions principales. Cliquez sur l'image de l'article pour accéder à un texte lisible, et n'hésitez pas à l'agrandir par la loupe encadrant le symbole + !

    20200923SemaineDansLeBoulonnais.gif

    En outre, il nous cite également à deux reprises dans le même journal ; d'une part dans l'article relatif aux travaux du thêatre municipal et ses architectes, d'autre part en brève.

    Nous espérons que ces articles sont de bon augure dans les discussions à venir avec les décideurs concernant la promotion des commerçants et gestionnaires d'ERP qui ont fait l'effort d'améliorer l'accessibilité de leur établissement !

     

     

     

     

     

     

  • Accessibilité : la ville de Calais reconnaît "un oubli"

    Par Nord Littoral | Publié le 03/02/2020

    La Une de Nord Littoral du 03/02/2020

    Après plusieurs mois sans avoir reçu de réponse de la Ville, le premier adjoint Emmanuel Agius a reconnu « un rendez-vous manqué » concernant la commission communale pour l’accessibilité, obligatoire dans chaque ville de plus de 5 000 habitants.

    Depuis une ordonnance du 26 septembre 2014, une commission communale pour l’accessibilité doit réunir des élus, des membres d’associations représentant les personnes ayant un handicap mais aussi les personnes âgées pour faire un bilan sur l’accessibilité dans la ville (voirie, espaces et établissements publics…) Consultative, elle doit se tenir une fois par an au moins.

    Le 19 novembre 2019, Nord Littoral a publié un article s’interrogeant sur l’existence de cette commission puisque nous n’avions pas réussi à obtenir un rapport, un résumé ou ne serait-ce qu’une trace de cette commission à Calais, malgré nos demandes. Les demandes de participation de membre de l’association APF France Handicap étaient elles aussi restées sans réponse. Plusieurs mois après la parution de l’article, le premier adjoint Emmanuel Agius reconnaît « un rendez-vous manqué » sur ce sujet, en se défendant de n’avoir pas pris l’accessibilité à cœur.

    « On a manqué quelque chose. Mais on n’a pas attendu cette commission pour interroger les associations à chaque projet d’urbanisme. On n’a pas cassé un mur sans faire attention à cette question. Pour la rénovation du front de mer par exemple et pour les autres projets d’urbanisme d’ampleur, on a consulté des associations. On n’a pas attendu ce genre de réunion. » Purement consultatives, ses conclusions n’engagent en rien la Ville. Mais elle est une tribune pour les personnes à mobilité réduite. Une tribune qui sera peut-être organisée en 2020.

    Amélie Soirant

    amelie.soirant@nordlittoral.fr

  • Au conseil municipal de Carvin, les problèmes d’accessibilité illustrés en direct

    Le conseil a été interrompu le temps qu’une personne à mobilité réduite témoigne.
    Le conseil a été interrompu le temps qu’une personne à mobilité réduite témoigne.

    Le rapport annuel de la commission communale d’accessibilité était à l’ordre du jour, lundi soir. Un dossier sur lequel de l’avis du maire, « il y a des progrès à faire ». Un incident est venu opportunément le démontrer. Deux dames en fauteuil roulant ont dû longuement patienter au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, le temps de trouver la clé de l’ascenseur permettant d’accéder à l’étage de la salle du conseil.

    Flottement

    Après trois-quart d’heure d’attente ponctuée d’allers et retours d’élus de la majorité d’un niveau à l’autre, les deux personnes ont pu entrer dans la salle. S’en est suivi un moment un peu surréaliste où l’on a appris que la fameuse clé se trouvait… à la table du maire : « Elle était ici. C’est le directeur général des services qui la gère, il suffisait de la demander », a révélé Philippe Kemel. Une information apparemment pas transmise à tous les élus dont la conseillère municipale déléguée à la solidarité, Pascale Hottin, rendue « très en colère » par cette péripétie. « Il serait logique que les personnes PMR sachent qu’il y a une clé pour elles, c’est inadmissible  », intervient Philippe Boursaud (RN).

    Le maire a promis qu’à l’avenir une solution serait trouvée pour ce cas de figure, tout en présentant ses excuses aux deux personnes. « C’est un échec par rapport au travail que nous menons. » Le conseil a été interrompu le temps que l’une d’entre elles témoigne de ses difficultés à évoluer en ville.

    27 verbalisations pour stationnement interdit

    Quant au rapport, lu par Pascale Hottin, il a confirmé qu’une marge de progression existait bien. Sur le stationnement, on compte « pas mal » de places PMR mais leur recensement est difficile sur les 140 kilomètres de trottoirs. 27 verbalisations ont été dressées en 2019 (84 en 2018) pour stationnement interdit.

    L’accent a été mis sur la prévention mais il existe encore trop de différends de voisinage (des riverains s’approprient les places devant chez eux). Le traçage de la signalétique « a pris du retard » en raison des nombreux travaux de voirie. L’aide au transport s’est améliorée.

    L’adaptation au public PMR de bâtiments communaux se poursuit : « on essaie de travailler intelligemment et prioriser là où il y a des besoins urgents (salle Deschauwer, Maison de l’initiative et de la citoyenneté, etc.) » À l’hôtel de ville, un nouvel ascenseur devrait être aménagé pour 132 000 €, sous réserve de l’accord de l’architecte des Bâtiments de France. « Les avancées sont nombreuses mais comme le domaine public, pendant longtemps, n’a pas été pensé pour tous, la tâche est immense », reconnaît Philippe Kemel.

     

    Lire la suite