Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revue de presse - Page 4

  • Municipales à Calais : les réponses des candidats

    Logo des élections municipales

    Tout comme aux candidats du Boulonnais, nous avons adressé aux candidats aux élections municipales de Calais la plateforme APF France Handicap de propositions sur le thème du handicap, adapté par nos adhérents au contexte particulier de la ville. Vous trouverez ci-après :

    • le lien vers le courrier que nous avons adressé aux listes ;
    • le lien vers la réponse de la liste "Respirer Calais 2020"
    • le lien vers la réponse de la liste "Se battre au quotidien pour chaque Calaisien"
    • la liste "Le rassemblement des Citoyens" n'a pas répondu à notre courrier.
  • Bloquée chez elle

    20191209ne_NORDLITT.jpg

    Handicap

    A cause d’une voirie délabrée, elle est bloquée dans sa maison

    Il y a un an, Mandy, en fauteuil, emménageait dans une maison de plain-pied. Mais la route devant chez elle est impraticable et elle ne peut pas atteindre sa boîte aux lettres.


    Par Nord Littoral | Publié le 08/12/2019

    CiteCoulogne.jpg


    Il y a des concessions que Mandy Boulanger n’est pas prête à faire. En fauteuil, cette maman qui travaille à Calais ne met jamais son handicap en avant. Mais l’état de la rue dans laquelle elle et sa famille se sont installées il y a un an la met hors d’elle. « Nous cherchions une maison avec trois chambres depuis six ans. Quand Terre d’Opale Habitat nous a parlé de la construction de maisons adaptées aux personnes à mobilité réduite on s’est vite positionné dessus » raconte la Coulonnoise d’adoption, qui se rappelle un processus long et difficile qui n’aurait pas été possible sans le soutien du maire de Coulogne, puisque le couple ne vivait alors pas dans la commune. « Monsieur Fauquet a appuyé notre dossier et je l’en remercie encore. »

    Des maisons très rares

    Au bout de l’impasse du Tennis, à Préville-Trou Gai, les deux maisons neuves sont munies de rampes d’accès. En tout, il y en a quatre. Ces maisons accessibles aux personnes à mobilité réduite sont très rares. « Ce sont les seules de TOH dans toute l’agglomération, sinon il s’agit toujours d’appartements », poursuit la jeune femme qui évoque les étages ou les portes trop étroites des maisons plus anciennes comme conditions rédhibitoires à l’accès au logement.

    Ce projet est né d’une volonté conjointe du bailleur et du maire de Coulogne. Et pourtant, Mandy appelle aujourd’hui les élus à prendre leurs responsabilités. « Quand on a visité la maison, la route n’était pas praticable. Même par temps sec, je ne pouvais pas rouler seule. » Ce jeudi il a plu, des flaques font la largeur de la route et des cailloux et des graviers recouvrent le chemin. « Mais TOH nous a alors dit qu’il y avait un accord avec la mairie et qu’elle allait être faite » se rappelle Mandy, qui a aussi la mauvaise surprise de trouver une baignoire à la place d’une douche italienne. « Je n’étais pas convaincue que la route serait refaite, j’ai hésité. Mais à mobilité réduite on n’a pas 40 000 solutions. »
    « J’ai hésité. Mais à mobilité réduite, on n’a pas 40 000 solutions. »
    Le contrat de location est donc signé en novembre. L’hiver passe. « Avec la pluie, la boue, les trous et les gravillons, c’était totalement impraticable. Je ne peux pas sortir seule, je ne peux même pas accéder à ma boîte aux lettres. » Puis la bataille de la route commence. « Assez vite on a appelé la mairie. On nous a dit : ça va être fait, on est conscient du problème. Il faut faire des études car c’est une route qui n’a jamais existé, ça va prendre un peu de temps mais ça sera fait. »

    Promesse non tenue ?

    Mandy sollicite donc un entretien avec Alain Fauquet. « Il me dit qu’il a le budget et que ce sera fait à la fin de l’été. Je ressors satisfaite. » Les feuilles jaunes et rouges commencent à tapisser les chemins qu’aucun engin n’est intervenu. « J’ai rappelé. J’ai eu le chef des services des travaux de la mairie qui avait un autre discours ; il me dit que ça va être beaucoup plus long que prévu, que le budget est beaucoup plus conséquent. Que ce sera fait dans un ou deux ans… » Une douche froide. Lors d’un entretien avec Alain Fauquet il y a un mois, « il m’a dit qu’il n’avait pas de délai à me donner que c’était des travaux d’ampleur. »
    Alain Fauquet, très énervé par la démarche, assure que plusieurs devis ont été étudiés. « Ce sera fait ! Mais c’est en fonction du calendrier. On doit attendre les conditions climatiques favorables. ça peut commencer la semaine prochaine. On a le budget, tout est prêt » a répété le maire qui n’apprécie par la démarche de Mandy.
    « C’est un procès d’intention ! Ce sera fait, on a le budget ! »
    « C’est un procès d’intention ! Dans la commune tous les bâtiments publics sont munis de rampe, je suis le seul à avoir eu le projet de ces maisons, Je n’apprécie pas du tout. Il ne faut pas oublier que nous sommes en période pré électorale ! »

    Un calendrier qui préoccupe tout le monde

    Un calendrier qui préoccupe beaucoup Mandy. « Ce ne sera pas fait cet hiver et en mars c’est les élections. Ce qui me fait peur c’est qu’on a obtenu un accord de ce maire ; que se passera-t-il s’il n’est pas réélu ? Il faudra tout recommencer depuis le début. »
    En attendant « cette femme ne peut pas sortir de chez elle, c’est dingue » poursuit une voisine qui a une maison dans l’impasse. « On est là depuis quatre ans et à cette époque on nous avait dit que la route serait faite. Puis ces maisons ont été construites donc on a compris que ça ne serait pas fait le temps que des engins de chantier passeraient. » Voilà plus d’un an que dernières maisons sont habitées. Il y a quelques semaines, des « énormes trous » ont été bouchés avec du bitume. « Mon mari est allé trois quatre fois à la mairie avec des photos de la route. On lui dit toujours que ça va être fait. »

    Amélie Soirant

  • La commission fantôme de Calais

    logo_francebleu_nord.jpg

    Bulletin d'information du 20/11/2019


    podcast